Master class
les 21 et 22 août 2021

Pour la 3ème année, nous organisons des master class avec des musiciens de renom. Cette année, la flûte, le hautbois et le basson sont à l'honneur. 

Le temps d'un week-end, venez rencontrer nos artistes pour progresser ou préparer des concours.  

Les master class s'adressent aux élèves à partir du 3ème cycle de conservatoire jusqu'au professionnels. 

Bienveillance, convivialité et exigence sont au programme ! 

       C’est à l’âge de trois ans que Virgile ARAGAU débute son apprentissage de la musique. Né de parents musiciens, il commence d’abord le violon avec sa mère Dominique FERET, puis à six ans, il entre en alto dans la classe de Jean-Baptiste BRUNIER au conservatoire du 20ème arrondissement de Paris. C’est à l'âge de sept ans qu’il entreprend de commencer la flûte traversière au côté de son père Xavier ARAGAU. Il poursuit alors un double cursus en alto et en flûte traversière et obtient consécutivement son D.F.E. d’alto en 2004 puis un 1er prix de flûte en 2005 à l'Ecole Nationale de Musique de l’Haÿ-les-Roses.                 

           

      C’est avec la flûte que Virgile décide de poursuivre son parcours musical. Il se perfectionne alors avec Benoit FROMANGER au conservatoire du 13ème arrondissement et y obtiendra son D.E.M. en 2006. Puis en 2007, il entre dans la classe de Pascale FEUVRIER au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison. Il en sortira avec un 1er prix d’Excellence à l’unanimité et un 1er prix de Perfectionnement à l’unanimité.    En 2009, il intègre la prestigieuse Hochschule für Musik "Hanns Eisler" de Berlin dans la classe de Benoit FROMANGER et étudie le piccolo avec Markus SCHREITER (Piccolo Solo du R.S.B) et Simone VAN DER VELDE (Piccolo Solo de la Staatskapelle de Berlin). Parallèlement à son cursus musical, il est engagé en tant que Flûte solo du Mannheimer Philharmoniker.      

           

      En 2012, il obtient son diplôme de Licence avec mention très bien. Au même moment, il gagne le concours de l’Académie de la Staatskapelle de Berlin et se forme pendant deux ans au sein de l’Orchestre avec la flûtiste solo Claudia STEIN. Il joue alors sous la direction de prestigieux chefs d'orchestre tel que Daniel BARENBOÏM, Zubin METHA, Sir Simon RATTLE, Daniel HARDING, etc. Son séjour en Allemagne lui permet d’être invité en tant que flûte solo dans de nombreux orchestres, notamment l'Opéra de Frankfurt-am-Main sous la direction de S.WEIGLE et B. DE BILLY, ainsi que l’Orchestre de la NDR Elbphilharmonie de Hamburg sous la direction de K. URBANSKI, J. VALCUHA et M.NESTEROWICZ. Il conclut ses études à la Hochschule en 2016 avec un Master d’interprète.    Virgile ARAGAU revient en France cette même année après avoir été nommé au poste de Flûte solo de l'Orchestre Philharmonique de l'Opéra de Marseille, poste qu’il occupe actuellement, sous la direction de Lawrence FOSTER.      

         

      Dès lors, Virgile se produit en soliste avec l'Orchestre Philharmonique de l'Opéra de Marseille, notamment à l’occasion du 30ème festival de musique de Bad Kissingen (Kissinger Sommer-internationales Musikfestival), ainsi qu'avec l'Orchestre National Philharmonique de Ruse (Bulgarie) sous la direction de Jean-Yves GAUDIN. Il est invité à jouer au Japon en soliste et en musique de chambre dans la prestigieuse salle du Suntory Hall de Tokyo et au Tokyo Opera City Recital Hall.     

         

      Désireux de transmettre son expérience aux générations futures, Virgile ARAGAU enseigne au sein de classes de maître dès que l’occasion le lui permet. Il participe régulièrement à plusieurs académies en France et à l’étranger. Il est également sollicité pour être membre du jury dans divers concours internationaux (Concours International de Flûte à Cluj en Roumanie, Tokyo International Flute Audition, etc.).  

     

    Enfin, depuis 2018, il est l'un des six fondateurs de l’ensemble LA FRESQUE, formation en dixtuor à géométrie variable composé d’une équipe de quinze musiciens issus de grandes phalanges orchestrales parisiennes. Cet ensemble est en résidence à la fondation SingerPolignac de la Banque Populaire.

Virgile Aragau, flûte

2019_08_22-53.JPG

Mathilde Lebert, hautbois
 

_MG_3735-Modifier-Modifier.jpeg

  Originaire de Nantes, Mathilde Lebert commence l'apprentissage de la musique par le violoncelle, puis le hautbois, au conservatoire de sa ville natale. Après avoir obtenu ses diplômes en 2005, elle poursuit son cursus au CNR de Paris avec Jean-Claude Jaboulay avant d'intégrer en 2006 la classe de Jean- Louis Capezzali, Jérôme Guichard et Fabien Thouand au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon. Elle y obtient cinq années plus tard son Master avec une mention très bien à l’unanimité. Soucieuse de se perfectionner, Mathilde recevra l'enseignement de Christian Schmitt, en Konzertexam, de 2014 à 2016 à la Musikhochschule de Stuttgart et se verra décerner un diplôme de soliste.

  Passionnée de musique de chambre, Mathilde fonde le Quintette à vent "K" en 2006, avec des amis du conservatoire de Lyon, formation qui s'est distinguée lors de plusieurs concours internationaux (2ème prix au Concours International de Musique de Chambre de Lyon en 2008, 3ème prix au Concours International Henri Tomasi en 2009).

  Se destinant à une carrière de musicienne d'orchestre, Mathilde a eu l'opportunité de participer à des académies d'orchestres de jeunes telles que le National Youth Orchestra of the Netherlands, Das Schleswig-Holstein Musik Festival, pendant lesquelles elle a travaillé sous la direction de Christophe Eschenbach, Ivan Fischer, Paul Goodwin... Par la suite, elle enrichit son expérience de l'orchestre au sein de diverses formations symphoniques, notamment à l'Orchestre National du Capitole de Toulouse en tant que boursière Aïda.

  Elle est successivement nommée hautbois solo de l’Orchestre des Pays de Savoie (2010), co-soliste de l’Orchestre National de France (2011), hautbois solo de l’Orchestre de Chambre de Paris (2015), avant d’être reçue au poste de premier hautbois solo de l’Orchestre National de France en novembre 2017.

 Mathilde Lebert s'est distinguée à l'occasion de la deuxième édition du prestigieux concours international "Muri Oboe Competition" (Suisse) en avril 2016, en y obtenant un 1er prix. Depuis, elle se produit en récital avec piano, mais également en soliste avec orchestre, en France et à l'étranger (Orchestre des Pays de Savoie, Stuttgarter Philharmoniker, Orchestre National des Pays de la Loire, Izmir State Symphony Orchestra...). Elle a d'ailleurs participé au festival "Rising Stars!" en 2016, durant lequel elle a pu interpréter le concerto de Mozart avec la Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz.

C3F33849-2DAF-46DC-971B-5402CC2C339C.jpe

Marie Boichard, basson
 

   Marie commence l'apprentissage du basson auprès de son père au conservatoire de Douai, puis au CNSM de Paris dans la classe de Gilbert Audin, où elle obtient en 2019 son master à l'unanimité.

    Dès son plus jeune âge, elle participe à des projets qui l'amènent à découvrir la musique sous toutes ses formes aussi bien à travers des orchestres de jeunes (Orchestre Français des Jeunes), que des orchestres professionnels en France et à l'étranger (Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre National de France, Stuttgarter Kammermusic Orchestrer), ou encore des formations plus intimes et solistes (quintette, trio d'anches, ensemble baroque, récitals).

     Marie obtient en 2016 un 2e prix au concours international de Muri, puis est lauréate du concours international Aeolus 2018 et demi-finaliste de l'ARD en 2019. Elle intègre cette même année l'Orchestre de l'Opéra de Paris en tant que contrebasson solo, avant de rejoindre en juin 2021 l'orchestre National de France en tant que basson solo.

     Continuellement émerveillée par la diversité et la richesse des timbres, Marie étudie le basson baroque avec Giorgio Mandolesi pendant ses années au conservatoire, ainsi que la flûte à bec avec Pascale Imbert, Sébastien Marq et Héloïse Gaillard avant d'obtenir un prix de perfectionnement du CRR de Paris.